blog.remersdael.be

blog.remersdael.be

Rémersdael communique

Rémersdael, un village, une communauté...
Un village un peu perdu à l'est de la commune des Fourons.
Une communauté qui devient plus petite, mais qu'il faut préserver en gardant le contact avec ceux qui ont quitté le village et en l'ouvrant à ceux qui s'y installent.

Maison à vendre

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2017-04-20 16:08:49

Maison à vendre, rue Rémersdael-Village 40. Prix annoncé: 335.000 €, soit le double du prix annoncé par Trends pour une habitation aux Fourons (149.000 €, prix en recul de 5 % en 5 ans).

  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post316

décès de Madame Hilda SNAKKERS, veuve de Monsieur Roger CHARBON

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2017-02-12 14:13:39

La famille annonce le décès de Madame Hilda SNAKKERS, veuve de Monsieur Roger CHARBON, née à Lontzen le 13 mars 1931 et décédée à Bèfve le 10 février 2017.

Elle sera inhumée ce lundi dans le caveau familial du cimetière de Rémersdael.





  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post313

Décès de Monsieur Joseph Leenaerts

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2017-01-11 16:02:32
Né à Rémersdael le 7 avril 1917, le Colonel hre d'Artillerie Joseph S. Leenaerts est mort le 7 janvier 2017.
Espion belge après la guerre, il a raconté ses aventures dans un livre. Livre dans lequel il évoque aussi son village natal.

  • Comments(2)//blog.remersdael.be/#post310

22 points sur 24 : le bilan quasi parfait de Pinckaers

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2016-11-24 08:37:56


Encore un fils de Rémersdaelois qui s'illustre. Raphaël est le fils de Gérard.
Depuis son intronisation en tant que joueur-entraîneur, La Calamine B n’a plus perdu et file vers le titre de champion en P3D
Intronisé joueur-entraîneur début octobre à La Calamine B en remplacement de Pascal Vanderhaegen, Raphaël Pinckaers (28 ans) n’aurait pas pu rêver meilleurs débuts dans le coaching. Le bilan de ses huit matchs à la tête de l’équipe est tout simplement im- pressionnant, avec 22 points pris sur 24 possibles.
Au classement général de la P3D, cela se traduit par une avance de 7 unités sur Bullange, l’actuel dauphin, en plus d’avoir déjà, au pire, la certitude d’aller au tour final via le gain de la première tranche. Et puisqu’on est dans les chiffres, La Calamine peut aussi se targuer, avec seulement 9 buts encaissés jusqu’à présent, d’avoir la deuxième meilleure défense de la province, ex aequo avec Blegny, Racour, Grâce-Hollogne et Tilff. C’est aussi la meilleure attaque de sa série. Bref, difficile de faire mieux alors que le premier tour vient de s’achever.
« Ce n’est pas mal, en effet. Le groupe a repris du plaisir et de la confiance », sourit Raphaël Pinckaers, efficacement secondé dans son coaching par Vincent Hubert et Manuel Conraads. « C’est moi qui donne les entraînements. Lors des matchs, Vincent Hubert et Manuel Conraads endossent le rôle de T1 et on prend les grosses décisions à nous trois. J’aime bien avoir l’avis des autres », poursuit notre interlocuteur, qui continue à jouer. « Quand on est sur le terrain, ce n’est pas toujours évident de tout voir pendant le match, mais c’est moi qui ai le dernier mot. »

CHAMPION POUR SA 1re ?
Pour rappel, Raphaël Pinckaers voulait prendre un peu de recul avec le foot, raison pour laquelle il avait quitté le noyau A pour aller avec l’équipe B cet été. Au final, avec sa fonction de joueur-entraîneur, le foot lui prend encore plus de temps qu’avant… « C’est vrai que je voulais avoir plus de temps pour mon travail et ma vie privée. Ce n’était pas mon intention première de devenir coach, mais j’étais tenté par le challenge et si j’ai accepté, c’est pour le faire à fond. Si on veut faire les choses correctement, cela prend du temps de préparer les entraînements. Ayant connu Tony Niro et Stéphane Huet comme en- traîneur, j’essaye d’appliquer ce que j’ai appris d’eux aux entraînements », explique celui qui veut décrocher le titre de champion en fin de saison.
« Au début, ce n’est pas évident de diriger des copains, mais j’essaye de les guider avec mon expérience. Je ne suis pas un homme de grands discours. Je m’aligne dans l’axe de l’entrejeu, en 6 ou en 8 ; cela avait bien fonctionné la saison passée et c’est plus facile de diriger l’équipe depuis ce poste. Si on pouvait être champion pour ma première année de coaching, ce serait pas mal (sourire). En tout cas, il y a de la qualité dans ce groupe. »
Et de poursuivre son analyse. « Désormais, c’est quasiment une obligation d’être champion. On se met la pression nous-mêmes, sachant que c’est toujours compliqué de monter via un tour final. On sait aussi qu’on est attendu partout. »
On le perçoit aisément, Raphaël Pinckers prend son rôle très à cœur, ce dont personne ne doutait. Quid de la suite dès lors ? « On va finir la saison ainsi et on verra quand Ludek Mach (qui avait dû stopper sa mission de coach avant le début du championnat suite à des soucis de santé, NDLR) pourra revenir. Une fois qu’on sera champion, on pourra penser à la saison prochaine ; ce n’est pas le plus important actuellement, mais il est vrai que le coaching me plaît. »

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 24 novembre 2016



  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post308

Manu Woyaffe (Xhoffraix) revient à Minerois, là où il a commencé en équipe première

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2016-11-05 15:06:50


Manu Woyaffe, le fils de Geneviève Pinckaers, est déjà revenu à Minerois. Mais il espère surtout un sursaut d’orgueil de la part de ses jeunes coéquipiers qui doivent faire plus d’efforts et se faire mal pour relancer la machine…

Ce n’est pas un come-back, ni un véritable retour aux sources, puisque l’Ensivalois Manu Woyaffe (31 ans), qui revient demain avec Xhoffraix dans le club qui lui a donné sa chance en équipe première (Minerois), n’a évolué « que » 3 saisons au stade Baguette. « C’est toujours un plaisir pour moi de revenir à La Minerie », nous disait Manu. « Mais je dois avouer que je ne connais plus grand monde dans ce club. À part Coco Grosjean et Marcel Thomsin, toutes les têtes du comité ont changé. Quant aux joueurs, je n’y ai joué avec personne ».
Puis de signaler tout de même : « Vous imaginez, quand je suis arrivé en première à Minerois, jadis, j’y jouais avec Michel Thomsin et, demain, je vais jouer contre son fils qui venait alors nous voir en courte culotte ! » En effet, notre excellent cycliste, qui est revenu au football il y a 2 ans, se souvient très bien de son arrivée en bord de Befve : « J’ai fait mes classes de jeunes à Aubel. À l’époque, j’habitais Froidthier. Mais à 14 ans, j’ai stoppé le foot car j’aimais toucher à tout, notamment au moto-cross. Puis, à 19 ans, mon voisin m’a fait venir chez les « Rouches » car ils avaient été champions en juniors et c’était pour jouer avec mes amis en pro- vinciaux. Après quelques mois, Bob Formatin m’a demandé de jouer libero en première à la place de « Bijou » (NDLR : Michel Thomsin) car il voulait l’utiliser au milieu de l’entrejeu. Depuis, je n’ai plus quitté cette position sur le terrain ».
Après ses 3 saisons là-bas, il a migré 2 ans vers Blegny, pour aller ensuite 2 ans à La Calamine, puis une année à Spa avant un dernier retour à Kelmis où il a même stoppé sa carrière pour s’adonner au vélo. Sous la houlette de Laurent Defour, Manu a repris le chemin du terrain et s’est lié avec Xhoffraix. Mais actuellement, cela lui pèse un peu : « Oui, je suis un peu déçu depuis quelques semaines. Il est vrai qu’Xhoffraix a beaucoup d’absents et de blessés. Ok, on fait confiance aux jeunes, mais ceux-ci éprouvent quand même beaucoup de difficultés à venir s’entraîner deux fois… Cela m’énerve et ne me permet pas d’être dans de bonnes conditions. On ne progresse pas. Les jeunes ne s’investissent pas assez ».
Woyaffe tente de faire réagir les jeunes loups xhoffurlains car la situation n’est pas très bonne non plus au classement : « Il faut gagner demain ! Je reste encore motivé quand je vois comment Robin se donne dans son travail. Actuellement, on doit faire avec ce que l’on a, mais pour arriver à quelque chose, il faut travailler, s’entraîner, se faire mal. Alors, on parviendra à augmenter notre niveau. On doit se mettre un peu plus de pres- sion. Je dois aussi me reprendre car mon niveau a baissé depuis quelques semaines, mais j’ai dif- ficile à me remotiver… »

PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 5 novembre 2016



  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post306

Victor Taeter prend la présidence de l'Amicale FWA

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2016-11-04 11:39:23

Un article à lire dans L'Avenir du 4 novembre 2016.


  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post305

Fête au Bois Rouge

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2016-08-04 18:36:05
La 30e Fête au Bois Rouge est annoncée.
Avec cette annonce, on peut déjà compléter le calendrier rémersdaelois des prochaines activités.

  • Comments(0)//blog.remersdael.be/#post303

Funérailles de Victor Ernst

InformationsPosted by Jean-Louis Xhonneux 2016-08-03 14:52:36

Hommage prononcé à l'occasion des funérailles de Victor Ernst (7-8-1935 - 31-7-2016):

Victor Ernst est entré à l’âge de 9 ans à l’Harmonie Sainte-Geneviève de Rémersdael

Il a joué successivement du cor, du bugle, du cornet et du baryton avant de revenir au bugle et enfin au cor. Il fut aussi commissaire durant de nombreuses années et président du 28 janvier 1991 au 5 novembre 1993.

En 1994, il a reçu la Médaille d'Argent de l'Ordre de Léopold II.

Notre comité a décidé en 2005 de lui conférer le titre de président d'honneur de l'Harmonie Sainte-Geneviève pour services rendus. Et en 2015 , il a reçu la plus haute distinction de l’APSAM pour sa carrière au service de la promotion de l’art musical (photo ci-dessus de Jean-Marie Xhonneux lui remettant le diplôme et la médaille de brillant avec palmes).

En 2011, il a renoncé à la pratique musicale après une très longue carrière de musicien actif. Victor Ernst a alors offert son instrument personnel à la société.

En plus de ses talents de musicien, Victor s’est souvent distingué comme « meilleur vendeur » en faveur de l’Harmonie. Pour notre concert de 2007, par exemple, il avait contacté et convaincu une quarantaine de sponsors.

Comme membre du comité de l’Harmonie Sainte-Geneviève, Victor Ernst a été désigné pour la représenter au sein de l’association sans but lucratif L’Union Rémersdaeloise qui s’est chargée en 1973 de la construction de la salle Rimbiévaux. Il en est resté administrateur pendant 22 ans et a même occupé le poste de vice-président. Le village de Rémersdael lui doit donc beaucoup.

Et pourtant, c’est ici à Aubel que nous nous retrouvons autour de lui aujourd’hui. Alors qu’il s’était aussi beaucoup dévoué depuis son installation dans le village même de Rémersdael, un honneur qu’il méritait lui a été refusé. Du coup, il n’a plus mis les pieds dans l’église du village qu’il avait beaucoup servie.

Pour son retour à Rémersdael près de sa fille Huberte, l’Harmonie Sainte-Geneviève l’attendra au cimetière ce midi et lui rendra hommage en jouant une dernière marche de circonstance.

Pour tout ce que tu as fait pour Rémersdael, son l’harmonie, son équipe de football, sa salle et son église, Merci, Victor.



  • Comments(1)//blog.remersdael.be/#post302
Next »